lundi 20 juin 2016

La conscience sans choix

Il n’existe pas le lieu de destination, il y a uniquement ce mouvement d’apprendre, qui ne devient douloureux que lorsqu’on accumule le savoirRegarder un fait, c’est en avoir la conscience claire – une conscience sans choix, sans condamnation, sans préférence ni aversion.  Lorsque vous avez pour intérêt principal de comprendre le fait et lui seul, et que vous voyez que le passé qui interfère vous empêche de comprendre le fait, alors l’intérêt vital que vous portez au fait efface définitivement ce passé. Si ce n'est pas de manière totale que vous regardez les opérations de votre esprit, vous n’êtes pas pleinement conscient.
Avoir pleinement conscience de ses pensées et de  ses sentiments, sans s’identifier à eux ni les renier, n’a rien fastidieux ni de douloureux ; mais si l’on est à l’affût d’un résultat, d’un objectif à atteindre, le conflit ne fait que s’accroître et l’ennui de l’effort s’installe. L’effort dénature tout. J’entends par laisser fleurir une pensée le fait de lui permettre de se déployer en toute liberté, et observer le résultat, voir ce qui se passe dans votre pensée, dans votre sentiment. C’est lorsque on observe un problème silencieusement, sans condamnation ni justification, qu’il advient une conscience passive, le problème est compris et se dissout. Il y a en elle une sensibilité accrue, qui abrite la forme la plus élevée de pensée. « Négative ».  N’être rien n’est pas l’antithèse d’être quelque chose.
Krishnamurti : Le livre de la méditation et de la vie

14 Juin
Un parcours sans destination
L’humilité peut-elle être pratiquée ? Avoir conscience d’être humble n’est certainement pas faire preuve d’humilité. Vous voulez tous savoir que vous êtes arrivés au but. Mais, (…) il n’est pas question d’arriver, il y a seulement ce mouvement qui consiste à apprendre – est c’est cela la beauté de la vie. Si on est arrivé, alors il n’y plus rien. Et vous tous, vous êtes tous arrivés, ou désireux de l’être, et ce non seulement en affaires, mais dans tout ce que vous faites ; d’où votre insatisfaction, votre frustration, votre détresse. (…) Un esprit qui écoute avec une attention parfaite ne cherchera jamais de résultat, parce qu’il élargit sans cesse ; il est comme un fleuve, toujours en mouvement. Cet esprit-là est totalement inconscient de sa propre activité, en ce sens qu'il ne se perpétue pas sous forme d’un « moi », sous forme d’un ego qui cherche à atteindre un but. 

15 Juin
Savoir n’est pas avoir conscience
La conscience claire est cet état d’esprit qui observe, sans condamnation ni acceptation, qui fait simplement face aux choses telles qu’elles sont.  Lorsque vous observez une fleur sans vous soucier de botanique, vous voyez alors la totalité de la fleur, mais si votre esprit est complètement absorbé par la connaissance  de ce qu’est cette fleur en termes de botanique, vous n’avez pas d’elle une vision totale. (…) Par tradition ou par profession, et de toute façon, nous ne sommes pas capables de faire face à un fait sans interférence de notre vécu antérieur. Il faut que nous soyons conscients de ce vécu. Il faut que nous soyons conscients de notre conditionnement, et il se manifeste lorsque nous observons un fait ; et comme ce qui vous intéresse, c’est l’observation du fait et non l’arrière – plan du vécu, ce dernier est éliminé de la scène. Lorsque vous avez pour intérêt principal de comprendre le fait et lui seul, et que vous voyez que le passé qui interfère vous empêche de comprendre le fait, alors l’intérêt vital que vous portez au fait efface définitivement ce passé.     

16 juin
L’introspection est imparfaite   
Dans la conscience claire il n’y a que le présent – autrement dit, votre prise de conscience vous permet de voir le mécanisme d’influence grâce auquel le passé contrôle le présent et modifie le futur. La conscience claire est un processus intégral, pas un processus de division. (…) Si l’on sait être lucide, on voit comment la conception que nous avons de Dieu est liée à la peur ; ou peut-être y eut-il une personne qui, ayant eu l’expérience première de la réalité ou de Dieu, la communiqua à une autre personne, qui dans son avidité se l’appropria, et donna élan au processus d’imitation. La conscience claire est le processus de la perfection ; l’introspection est imparfaite.  L’introspection a des effets morbides et douloureux, alors que la conscience claire est enthousiasme et joie.     

17 juin
Voir l’intégralité    
Comment regardez-vous un arbre ? Le voyez-vous dans son intégralité? (…) Vous pouvez passer devant l’arbre et dire : « Tiens, un arbre, comme il est beau ! » ou dire : « c’est un manguier » ou encore : « Je ne sais pas à quelle espèce appartiennent ces arbres, ce sont peut-être tamariniers. » (…) L’arbre comprend les racines, le tronc, les branches, les grosses et les petites, jusqu’au petit rameau délicat qui se dresse là-haut ; et la feuille, la feuille morte, la feuille fanée, et la feuille verte, celle qui est rongée, celle qui est laide, celle qui tombe, et le fruit, et la fleur – c’est cela que vous voyez comme un tout lorsque vous voyez un arbre. De même, dans cet état où vous voyez les opérations de votre esprit, dans cet état de vigilance, il y a vos réactions de condamnation, d’approbation, vos refus, vos luttes, votre futilité, votre désespoir, vos espoirs, vos frustrations ; la conscience claire couvre l’ensemble de tout cela, pas rien qu’une partie. Alors, avez-vous conscience de votre esprit en ce sens-là, qui est tout simple, aussi simple que de regarder un tableau en entier – au lieu d’en voir un seul pan et de demander : « Qui a peint ce tableau ? ».   

18 juin
La conscience ne se plie à aucune discipline
Si la conscience fait l’objet d’une pratique, d’une habitude, alors son exercice devient fastidieux et douloureux. La conscience ne peut être pliée à aucune discipline. Ce qui fait l’objet d’une pratique n’est plus de l’ordre de la conscience claire, car toute pratique suppose l’instauration d’une habitude, la mise en œuvre d’un effort et l’exercice de la volonté.
L’effort dénature tout. La conscience couvre non seulement notre environnement extérieur (…) Mais elle couvre aussi le mécanisme de notre psyché, nos tensions et conflits internes. Vous ne condamnez pas un oiseau en vol : vous l’observez, vous en voyez la beauté. Mais, lorsque vous considérez vos déchirements intimes, c’est pour les condamner ou les justifier. Vous êtes incapable d’observer ces conflits internes sans aucune notion de choix ni de justification.  

19 juin
La floraison de la pensée
La conscience claire est un état d’esprit qui peut tout embrasser – le vol des corbeaux à travers le ciel, les fleurs sur les arbres, les gens assis là aux premiers rangs et les couleurs qu’ils portent - , il nous faut avoir cette amplitude de conscience qui exige que l’on examine, que l’on observe, que l’on remarque la forme de la feuille, la forme du tronc, la forme qu’a la tête du voisin, ce qu’il est en train de faire. Avoir cette amplitude de conscience, et agir sur ces bases – c’est cela, avoir conscience de la totalité de son être. (…) compris grâce à la perception de chaque pensée, de chaque sentiment, sans qu’on oppose de limites à cette perception, mais en laissant fleurir toutes les pensées, tous les sentiments, (…)
Laisser fleurir une pensée ou un sentiment demande de l’attention – pas de la concentration. J’entends par laisser fleurir une pensée le fait de lui permettre de se déployer en toute liberté, et observer le résultat, voir ce qui se passe dans votre pensée, dans votre sentiment. Tout ce qui fleurit a besoin de liberté, de lumière, et ne peut être assujetti à aucune restriction. On ne peut pas l’évaluer, on ne peut pas dire : « c’est bien, c’est mal ; ceci est acceptable, cela ne l’et pas » car c’est ainsi qu’on limite cette floraison de la pensée.

20 juin
La vigilance passive
Dans la perception lucide, il n’y a ni devenir, ni objectif à atteindre, mais une observation sans choix ni condamnation d’où naît la compréhension. Dans ce processus qui laisse libre cours au déploiement des pensées et sentiments – ce qui n’est possible que s’ils ne sont ni thésauriser ni accepté – survient alors une perception élargie, qui met au jour tous les niveaux occultes de notre être et leur signification. Cette perception nous révèle ce vide créateur qui ne peut être imaginé ni formulé. Perception élargie et vide créateur ne sont pas deux stades différents d’un même processus : ils forment un processus global. C’est lorsque on observe un problème silencieusement, sans condamnation ni justification, qu’il advient une conscience passive, le problème est compris et se dissout. Il y a en elle une sensibilité accrue, qui abrite la forme la plus élevée de pensée. « Négative ». Lorsque l’esprit est constamment occupé à formuler, à produire, nulle création n’est possible. Lorsque l’esprit est silencieux et vide, et qu’il ne suscite pas le moindre problème – ce n’est que là, dans cette passivité vigilante, qu’il y a création. La création ne peut avoir lieu qu’« en négatif » - ce « négatif » n’étant pas le contraire de positif. N’être rien n’est pas l’antithèse d’être quelque chose. Un problème n’apparaît que lorsqu’on est en quête de résultats. Quand cesse la quête, cessent les problèmes.

21 juin
Jamais ne se répète ce qui est pleinement compris
(…) Tous les sentiments et pensées sont projetés sur l’écran de la conscience claire pour y être observés, étudiés et compris ; mais ce flux de compréhension est stoppé dès qu’entrent en jeu condamnation ou acceptation, jugement ou identification. Mieux l’écran est observé et compris (…) plus grande est l’intensité de la perception, et cela provoque à son tour une compréhension élargie. (…) la double faculté du penser – ressentir ne peut être étudiée et comprise que si l’esprit est capable d’adapter un mouvement lent ; (…) Notre handicap, c’est cette difficulté que nous avons à ralentir l’allure de notre esprit afin de pouvoir suivre et comprendre une à une chaque pensée – sentiment. Jamais ne se répète ce qui est appréhendé en profondeur et pleinement compris.

                                                    



                                      

                                                                       

Aucun commentaire:

Publier un commentaire